• Fort-de-France - La Bibliothèque Schoelcher


    Fort-de-France

    La Bibliothèque Schoelcher

     

    Cliquer sur les photos pour les agrandir

     

    Voir aussi sur le blog 
    L'ALBUM
    (En cours ...)


    (Photo : Gil Malotaux)

     

     L’histoire de l'édification de ce magnifique bâtiment qui trône rue de Liberté, face à l’extrémité nord de la Savane et à l’angle de la rue Victor Sévère est assez mouvementée …

     

         En 1884 Victor Schoelcher légua une grande partie de sa bibliothèque personnelle à la Martinique, soit plus de dix mille ouvrages, partitions et documents, à la condition que ce fonds précieux soit mis à la disposition du public.  Ce mélange hétéroclite de grands classiques européens, de partitions, de journaux des colonies, de livres de droit ou d’art constituait un tel trésor que les autorités de l’époque décidèrent de construire un édifice capable de les conserver et de les mettre en valeur. D’abord près de l’ancienne Mairie, puis dans une immeuble rue Victor Hugo, une partie importante du fonds  disparut lors du grand incendie de 1890  puis lors du cyclone qui suivit en 1891.

     

    (Photo : Yvon)

     

          La conception finale de cette bibliothèque-musée municipale avait été confiée dès 1885 à l’architecte Pierre-Henri Picq – celui-là même qui fut aussi retenu pour la reconstruction de la Cathédrale Saint-Louis à peu près à la même époque -, la réalisation étant donnée à la Maison Moreau Frères de Paris. Les fondations commencèrent sur un sol marécageux pendant qu’à Paris les divers éléments du futur pavillon furent assemblés et présentés Place du Carrousel où ils firent sensation. Démontés, ces éléments préfabriqués furent ensuite envoyés en Martinique.

     


    (Photo : Yvon)



    (Photo : Gil Malotaux)

     

         Mais le bâtiment finit par voir le jour, et ouvrit ses portes au public en 1893, majestueux dans son écrin formé d’un jardin clôturé, d’une architecture inventive et surprenante tout en restant harmonieuse et rigoureuse, mélange de styles divers, byzantin, égyptien, classique et d’Art nouveau. Le premier conservateur de la bibliothèque Shoelcher fut Victor Cochinat, ancien magistrat et secrétaire particulier d’Alexandre Dumas père.

      

         Tout autour du corps principal un large avant-toit protège combles et murs, ajoutant comme une touche extrême-orientale – on pense à une grande pagode - à l’ensemble …

     





    (Photos : Yvon)

    La façace - Le fronton

     

          "L'entrée sous la voûte est formée de boiseries et de panneaux vitrés de petits carreaux. L'arc en plein cintre est encadré de colonnettes supportant le fronton. Les mosaïques et l'inscription allègent la composition rigoureusement quadrillé du monument." (Extrait du livre édité par la Fondation Clément "LePatrimone des Communes de la Martinique" - Attique Editions, page 139)

     

          La partie centrale, vaste carré haut de plafond, est entourée d'une galerie que domine une frise portant les grands noms de la culture classique, écrivains et philosophes.

     



            
    (Photos : Yvon)

     

         La structure métallique est assez légère et les fins piliers, élancés, sont ornés de chapiteaux très classiques de facture grecque (doriques et ioniques).

     


    (Photo : Yvon)

     

    Cette salle de lecture et d’exposition est fort bien éclairée
    par de vastes verrières et un dôme tout à fait remarquable.



    (Photo : Yvon)

    Le Dôme

     

    "          Le dôme en verre, pièce maîtresse de la bibliothèque, donnant à l'édifice son allure byzantine, capte une grande partie de la lumière éclairant l'intérieur. Il est orné de quatre bandes concentriques et de staff ajouré, et surmonté d'un lanternon vitré. Il est raccordé au corps central par quatre triangles décorés de verre coloré. Un étroit chemin de ronde, auquel on accède par une échelle située dans le tambour du dôme, permet de circuler à sa base. " (Extrait du livre édité par la Fondation Clément "LePatrimone des Communes de la Martinique" - Attique Editions, page 139)

     

         La douce chaleur des boiseries, des belles reliures des ouvrages, autant que l’ornementation des murs et du plafond où les ors se marient avec le crème tirant  doucement vers un rose antique, l’apparente froideur de ce métal gris des élancées perpendiculaires des piliers, de l’escalier en colimaçon (ou escalier à vis), des arceaux du plafond et  des balustrades des galeries forment un ensemble à la fois joyeux, surprenant et créent une sorte de douce ambiance  où l’on a envie de s’attarder …

     

         Cette grande salle centrale est précédée d’un hall d’accueil et prolongée par plusieurs salles et bureaux. On distingue aussi  une salle à l'étage accessible par l'escalier métallique à vis et dont le carrelage est d'origine, constituée de tommettes grises. Les combles sont également accessibles de la salle centrale et l'on peut y voir les structures porteuses du dôme.

     

    Une toile de
    Catherine Théodose
    (Extraite de son exposition
    "Jardins de Pierres" - 2015)

    (Photo : Michaël)

     

    P.S. Toutes vos remarques, suggestions, corrections
    et bien sûr photos sont les bienvenues 
    (dans les
    Commentaires" ci-dessous 
    ou sur le
    Forum des Joyeuses Lucioles)


     

    Voir aussi :

    Tous les renseignements  sur le 
    Réseau des Médiathèques
    de la Collectivité Territoriale de Martinique



    (Onglet en haut : Bibliothèque Schoelcher)

    ***

    Banque Numérique
    des Patrimoines Martiniquais



    ***


     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeanette
    Lundi 3 Juillet à 20:55
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :