• Le Frangipanier



                     

     

     (Plumeria alba, blanc
    ou plumeria rubia, rouge)

    Franjipanyé

     

    Voir aussi 
    L'ALBUM
    sur le blog

     

     Cliquer sur les photos pour les agrandir


    (Photo : Renée)

     

    L’arbre est originaire des Caraïbes mais nous le retrouvons dans tous les pays de la zone tropicale tant il est robuste, facile à planter et à multiplier (si le bouturage est le plus utilisé, on peut aussi le semer ou le greffer, et même si l’on aime la difficulté, le marcotter), il est aussi résistant à la sécheresse, aux maladies et aux insectes (attention toutefois à la chenille sphynx – localement appelée « rasta » - grande dévoreuse de feuilles de frangipanier !). Il réclame beaucoup de lumière et le soleil ne lui fait pas peur …


           



    (Photos : Mistouflette)


    (Photos : Fritz)

    L'ennemi du frangipanier !


    (Photo : Giloucat)

     

    Il peut atteindre 8 mètres de haut, voire plus, et ses grosses branches, charnues, sont caractéristiques, surtout lorsqu’il perd feuilles et fleurs hors de la période de floraison qui va de novembre à juin aux Antilles. En pot il ne dépassera pas 2 mètres.




    Frangipanier "en dormance" 
    (Photo : Yvon)

     

    Les fleurs sont de vrais bijoux de la nature, en bouquet ou en panicules terminaux, elles sont très odorantes et leur couleur peut varier selon les variétés, rose, rouge, pourpre, jaune ou blanche. Huit espèces donc et de nombreux hybrides dont certaines donnent des fleurs dans les tons saumon ou orange.


    (Photo : Giloucat)

    Frangipanier pudique
      

     

    L’emblème de cette fleur est la pureté.





    (Photos : Renée)

    Le frangipanier devrait son nom à un gantier-parfumeur italien, le marquis de Frangipani, qui au temps de Marie de Médicis, au XVIIème siècle, créa un parfum à base d’une essence amère destinée à parfumer ses gants de cuir. Ce parfum, très à la mode à l’époque, frappa le botaniste Charles Plumier qui, découvrant l’arbre aux Antilles, fut frappé par la ressemblance entre le parfum envoûtant dégagé par la fleur et le parfum de notre gantier. D’où le nom scientifique en son hommage : « Plumiera » qui par la suite devint « Plumeria »…

     

        A travers le monde, il peut prendre différents noms,
    et il est la fleur nationale du Laos (sous le nom de « dok champa »).


    Un timbre du Laos

    De nombreux autres pays ont émis
    des timbres ornés de frangipanier.
    Quelques exemples :

              

    Dans plusieurs pays tropicaux,  les fleurs servent à la confection de guirlandes et de colliers, elles peuvent se porter sur l’oreille et prendre alors telle ou telle signification (en Polynésie, sur l’oreille droite si la dame est à la recherche d’une relation, sur la gauche si elle est déjà prise…) Elles sont également  très présentes dans nombre de cérémonies religieuses.

     

    A Saint-Barthélémy, où on l’appelle « bois-couleuvre » on prépare des confiseries avec les fleurs (attention, les autres parties de la plante peuvent être toxiques, même si on lui reconnaît quelques vertus médicinales comme de soigner les verrues, en usage externe, ou antiseptique si l’on utilise l’huile essentielle tirée des fleurs en parfurmerie.)

     


    Après l'averse

    (Photo : Edgar)


     Retour à la rubrique
     "LES FLEURS DE LA MARTINIQUE"


     

     

     

     

     




     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Cat
    Vendredi 16 Septembre 2016 à 14:32
    Superbe
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :